Polémiques

JO Paris 2024 : Marianne se refait une beauté

Partager

Facebook
Twitter
Suivre par E-mail
SOCIALICON

Peut-être est-il possible qu’elle se soit lassée de sa couleur de cheveux. Peut-être a-t-elle trouvé le courage de sauter corps et âme dans les tendances colorations dictées par le magazine « Cosmopolitan ». Nous ne le saurons peut-être jamais…

L’agence Royalties-Ecobranding a eu l’idée de fusionner le rêve doré de tout athlète à la flamme olympique, symbole ultime des jeux. L’ondulation de cette dernière forme le visage de Marianne, reflet de la république française.

Marianne s’habille d’un « Paris 2024 »  dans une typographie style art déco, clin d’œil au premier logo des JO de 1924.  Pour la première fois, les jeux olympiques et paralympiques aborderont le même logo. Les anneaux  et les trois agitos  (« je bouge » en latin)  se succèdent pour conclure notre emblème.

.

Certaines personnalités politiques de notre pays s’en sont vantées. La première intéressée, Anne Hidalgo, l’a présenté lors d’une soirée au grand Rex. Repris par Édouard Philippe, ils se sont enchantés de cette réussite historique.

Un certain nombre d’utilisateurs ce sont adonnés sans vergogne au détournement. Que ce soit la flamme du Front National, celle de Tinder ou bien la devanture d’un salon de coiffure, je vous laisse apprécier le spectacle :

https://twitter.com/TixFlo/status/1186389079925112832

L’agence « Graphéine » le souligne avec indignement, peut-être est-ce la bouche trop pulpeuse, la couleur de cheveux, ou bien un tout trop sexy qui fait référence à un salon d’esthéticienne. Mais puisque nous ne sommes jamais mieux servi que par soi-même, elle a dévoilé sa propre vision du logo.

Basé sur une polysémie visuelle (plusieurs niveaux de lectures) et un ancrage dans la modernité, Graphéine propose une piste de course tour Eiffel. Grâce à cette double lecture, l’œil alterne pour ne pas se lasser. En reprenant l’idée initial du logo, elle s’intègre dans une logique évolutive. Cinq couleurs pour cinq continents, la courbe donne une impression vitesse, formant in fine notre chère et tendre Tour Eiffel.

L’agence aura décidé de respecter la tradition et de proposer un logo différent pour les paralympiques. Pour le découvrir, il suffit de changer légèrement d’angle, non pas de face, mais de biais. Symbole fort de rapprochement selon graphéine. Malheureusement pour eux, cela n’aura pas suffit.

 

 

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

More reads