France

Marine Le Pen porte la main au fourreau

Partager

Facebook
Twitter
Suivre par E-mail
SOCIALICON

3645-002-le-pen_pics_590

Les élections présidentielles françaises approchent, et les candidats dévoilent tour à tour leurs logos de campagne. C’est au tour de Marine Le Pen, candidate du Front National, de présenter son QG de campagne – et son nouveau logo.

 

– English summary below –

La candidate présente un logo dont la liste des implications et des évocations semble ne jamais s’arrêter.

Ce qui saute aux yeux immédiatement, c’est la rose bleue que la candidate a choisi pour illustrer sa candidature. Depuis 1969, la rose appartient au parti socialiste. Il est donc curieux de voir la candidate d’extrême droite se le symbole, mais elle l’explique en disant qu’il lui permet d’allier en une image les deux grandes couleurs politiques, pour « rassembler l’ensemble des Français », en prouvant que « l’impossible devient possible ». Sans épines, allongée et pointue, la fleur ressemble en fait à un fleuret, seule arme d’escrime que les femmes pouvaient porter, et se pressent comme une préparation au combat. On ne peut aussi s’empêcher d’y voir une fleur couchée comme un dernier hommage : un présage un peu sombre pour une campagne qui se veut une renaissance.

Sémantiquement, Madame Le Pen fait des choix radicaux qui en disent long sur son positionnement, en abandonnant notamment son nom de famille. Elle se détache ainsi de son père, et refuse de n’être que « fille de », en marquant une rupture avec la dynastie parfois pressentie dans le Front National. Mais sans être fille de personne, « Marine » est finalement orpheline, livrée à elle même et infantilisée dans une campagne où tous les hommes sont désignés par leur patronyme – on avait pu observer la même chose pendant les élections américaines, alors qu’Hillary s’opposait à Trump.

Son seul qualificatif est désormais « Présidente » : elle clame ainsi son programme, et s’annonce déjà première femme présidente. Ainsi requalifiée, la candidate est malgré tout privée de jouer sur les mots comme elle le faisait jusqu’à maintenant : adieu, Bleu Marine et Les Gars de la Marine, ces slogans qui la arrivaient à allier la personne et la France.

Le choix est dangereux pour la candidate, qui s’efforce à rassembler en un logo des valeurs un peu trop diverses, et peu lisibles au premier regard.

Marine Le Pen, the far-right candidate to France’s presidential election in may 2017, presents her campaign logo.

It features a blue rose, the alliance of a traditional socialist symbole and a right-wing colour, to try and bring together every French citizen. Laid down like a last hommage, the flower ressemble a foil ready to be drawn.

Mrs. Le Pen loses her last name in her logo, to mark the separation from her father and predecessor Jean-Marie Le Pen, and is now « Marine Présidente ». Whatever the reason, the first name, used alone, is a new occurrence of women in politics being reduced to a single forename, when men are design par their patronyms. By declaring herself « Présidente », the candidate enunciates her program, but calls to women who can hope for the first female french president.

It is a dangerous choice for the candidate, who tries to please everyone by expressing so many different values.

7 commentaires

  1. Nico

    Et ce n’est même pas son vraiment prénom… du coup on en vient à un logo totalement désincarné

    • Nico

      son « vrai », pas « vraiment », erreur de correction automatique…

  2. Amine

    Pour une candidate qui dénonce les dérives du système UMPS, elle emprunte pas mal de leurs codes :p

  3. zigouigoui

    Qu’est-ce que ça fait vieux, mon Dieu… Tout droit sorti des années 1980! Oo WTF?!?

    • Frednetick

      Vous pourriez même encore enlever 20 ans ça m’a fait penser au film Cartouche…1962

  4. Vince

    @zigouigoui
    On est d’accord cette fois-ci :)

  5. Agora41

    Et aucune mention du détournement balais à chiotte ? :D

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

More reads