Category Archives: Coût des logos

La Wallonie s’offre un logo qui fait polémique

Logo_Wallonie

 

La Wallonie, région francophone du sud de la Belgique, dévoile sa nouvelle identité visuelle destinée à développer la promotion de la région à l’étranger. L’ancienne charte graphique datait de plus de 10 ans et nécessitait un lifting selon la région. La Wallonie a voulu donner naissance à une « marque wallonne » afin de booster son économie qui dépend à 40% des exportations. A peine dévoilé, les critiques concernant le logotype font rage. Continue reading

Le nouveau logo de la Capitale des Flandres

Logo_Lille

Lille, chef-lieu du Nord-Pas-de-Calais, dévoile sa nouvelle identité après plus de deux ans de recherche et de réflexion. Alors que l’ancien logotype de la ville datait de près de 30 ans, Lille a souhaité s’offrir un souffle de modernité. L’identité sera déployée progressivement à partir du mois de juin sur l’ensemble des supports de communication municipale. Continue reading

Top 10 des logos les plus chers au monde

Puisque c’est vendredi, voici un Top 10 des logos les plus chers au monde dont les prix ont plus ou moins été rendus publics et qui sont plus ou moins contestés. Naturellement, les coûts de logos établis dans ce top ne comparent pas des missions à périmètre constant, par ailleurs, il est assez difficile de s’assurer de la véracité des ces informations. Si vous connaissez le prix d’autres logos qui dépasse ceux-là, c’est le moment de partager l’info. Merci.

Le Finistère surfe sur la Bretagne

Dans la trajectoire de la marque Bretagne, le Conseil Général du Finistère a lancé le 27 septembre 2011 à l’Océanopolis de Brest sa marque de territoire « Tout commence en Finistère« . Le but est de redonner du souffle au département et de donner envie de s’y installer. En effet, selon un sondage Ifop, 64% du grand public national déclare en avoir une bonne image, mais seuls 4 % des décideurs économiques souhaitent s’installer pour y investir.

La volonté globale est de renforcer l’attractivité de la région, une démarche très intéressante. La région Finistère possède donc maintenant une véritable identité de marque, avec son univers graphique, ses codes et ses symboles. La marque-signature est déclinée en anglais et breton.



L’identité visuelle a été créée par l’agence Cadran Solaire. Le Conseil Général explique :

« Le logo dit la fierté de notre enracinement régional (les « E » à rayures issus du code de marque Bretagne), notre personnalité innovante (design typographique moderne), notre besoin d’impulser les choses (point d’origine stylisé dans le « O » du mot « commence »). »


La marque « Tout commence en Finistère » est une marque partagée à destination de plusieurs « Ambassadeurs ». Entreprise, associations, événements, collectivités ou même particuliers peuvent dès à présent s’en prévaloir en adhérant à la charte des Ambassadeurs. Le Conseil Général devient un nouveau partenaire de la marque Bretagne.


L’identité visuelle mélange les formes et les couleurs et reprend les codes de la marque Bretagne avec l’utilisation des 3 barres du « E ». Typographie bâton se mélange aux capitales ainsi qu’aux majuscules. Certaines lettres sont graissées, d’autres sont noires et d’autres bleues. On ne comprend pas réellement pourquoi un prolongement sur le « R ».
L’identité visuelle est déclinable en cartouche noire et blanche. La budget de la marque est évalué à 100 00€. 50% consacré au diagnostic et à sa traduction en marque (code, guide et bloc marque, clip de lancement) le reste à la déclinaison en supports de communication. Ci-dessous l’adaptation du logo de la région Finistère aux nouveaux codes graphiques.
Concernant l’identité visuelle du Finistère, on ne retrouve pas le mélange des typographies. Finistère apparaît désormais en capitales. La baseline « Bretagne » s’efface au profit de « Tourisme ». Les « E » de la marque Bretagne sont retrouvés. Le symbole de la voile orange s’efface également. Cependant la signature « Agence de développement touristique » reste. La région possède une véritable identité de marque et l’affirme dans son logotype. Pour conclure, on peut dire que la continuité graphique avec la marque Bretagne fonctionne.





Quelques marques à 550 000€

Le Groupe Parisot, fabricant de meubles en kit, appartenant au groupe familial alsacien Windhurst Industries, 4 300 personnes dans 35 pays, avec un chiffre d’affaires de près de 600 millions d’euros a payé comptant le portefeuille de marques et les noms de domaines Vogica, Les Prêts à poser, Cucina, Cagivo, Cuisivosges, Vosges Cuisines, Cuisiland, 100% Déco… à hauteur de 550 000 € HT aux enchères à Paris.

L’enseigne Vogica, spécialisée dans la vente de cuisines et salles de bain sur mesure, avait été placée en liquidation judiciaire en novembre 2010 faute de repreneur. Les stocks de Vogica avaient été bradés, le millier de salariés licenciés et le site vendu.

Une nouvelle identité à plus de 4 millions d’€

Depuis le 29 Avril 2011, le Conseil général des Hauts-de-Seine affiche une nouvelle identité visuelle. Mais, la stratégie créative adoptée révèle un certain paradoxe.

Le communiqué de presse indique que l’ancien logo du Conseil général « selon une étude réalisée il y a deux ans par BVA, n’était pas perçu par les Alto-Séquanais comme un signe institutionnel mais comme la délimitation d’un territoire« . Pour remédier à ce problème, le Conseil général a décidé de changer d’identité visuelle.  Cependant, la forme blanche choisie désigne justement la délimitation géographique du département dans laquelle elle s’inscrit !

Le nouveau logo et la charte graphique ont été conçus par l’agence Pixelis Corporate. Par ailleurs, l’état des lieux, le recensement des besoins, la création de la signalétique globale et le suivi du déploiement de la nouvelle identité visuelle ont été réalisés par l’agence DPI Design.

Le budget total de l’opération est de 4 680 550€ . Les candidats non retenus ont été indemnisés à hauteur de 9 000€, Pixelis a perçu 68 700€ pour la création du logo et de la charte et, DPI Design a perçu 111 850 € pour la signalétique. La dépose, la fabrication et la pose de la nouvelle signalétique revient à 4,5 millions € soit 2,5 millions € la première année et 2 millions € la deuxième année. Le Conseil général précise qu’il consacre chaque année 1,2 million € à sa signalétique courante.

Concernant la validation du projet, un comité de pilotage composé du président du Conseil général et de cinq élus, du directeur général des services, de la directrice du cabinet et du directeur général adjoint, a été réuni.

La nouvelle identité visuelle cherche à représenter les spécificités territoriales du département. Le nombre « 92 » disparaît au profit d’un losange vert dans lequel s’inscrit une pointe de flèche orientée vers la gauche, désigné par l’agence comme étant « l’empreinte représentant précisément  le territoire géographique« . Le nom de la marque passe en bas de casse, ce choix est justifié sur le communiqué de presse par le fait de vouloir « afficher une plus grande proximité entre l’Institution et ses administrés mais aussi pour être plus proche du langage des nouvelles technologies (toutes les adresses de sites Internet sont en minuscules)« .

Le « Conseil général » passe lui en capitales. La place des mots est inversée, « hauts-de-seine » passe au dessus du « Conseil général ». Le bloc marque évolue vers une forme rectangulaire. Le vert cherche à  « inspirer l’énergie. Le vert de manière générale, est bienvenu pour signifier un cadre de vie remarquable aux portes de Paris et les efforts déployés pour faire des Hauts-de-Seine un département exemplaire pour le développe-ment et la préservation de son environnement« .  Le bleu est la couleur historique du département, il rappelle également la Seine. De manière générale, le logo gagne en lisibilité et l’écrasement du nom par le « 92 », disparaît.

Le déploiement de la signalétique concerne les bâtiments administratifs, les musées et bâtiments d’archives, les parcs et jardins, les collèges, les sites sociaux, la totalité du mobilier urbain, la voirie et les chantiers du département. Au total, c’est 1 243 sites ou éléments de signalétique qui ont été recensés et visités. Le Conseil Général va renouveler plus de 6 000 panneaux de signalétique en l’espace de deux ans.

Consulter l’actualité des logos dans le public.

Un logo cher payé ?

«Le logo est très bien fait, je trouve que c’est du beau travail, mais 65 000 $, c’est un peu trop. Un logo comme ça pour 2000 $ ou 3000 $, ça pourrait bien se faire» déclare une PME canadienne experte de la conception de logo au sujet du débat autour du nouveau « Espace pour la vie » du Museum d’Histoire naturelle de Montréal qui anime la communauté.
Un deuxième expert s’est prononcé : «Écoutez, ça c’est fou! Selon nous, un logo ordinaire coûte entre 400 $ et 1500 $. Payer 65 000$, ça n’a pas de bons sens», s’est-il exclamé. Le troisième spécialiste a proclamé «C’est un très beau logo. C’est certain que c’est un bon montant, mais il semble y avoir une bonne recherche derrière.»
Selon Canoe Infos, Les Museums nature de Montréal, qui regroupent le Biodôme, l’Insectarium, le Jardin botanique et le Planétarium, ont octroyé l’an dernier au plus bas soumissionnaire, Cossette, un lucratif contrat doté d’une enveloppe de 900 000 $ pour se doter d’une nouvelle image de marque.

Le polémique coût du logo de la Lozère

Suite au billet combien coûte un logo, l’agence Symaps qui a conçu le logo de la Lozère est revenue sur le coût de la conception du logo de la Lozère annoncé par les journaux à 120000 € au lieu de 15600 € soit un tarif dix fois plus élevé que la réalité. Explications de la décomposition du coût d’un logo.

Marc Lenclud, Directeur Général de l’agence, nous explique le coûit réel du marché public.
– Réalisation du logo: 15 600€
– Réalisation de 5 logotypes supplémentaires des satellites du Département ( développement économique, tourisme, aménagement du territoire, enseignement et handicape) : 15 000€
– Réalisation d’une charte graphique et d’un guide d’application de la marque ( un document de référence de 250 pages incluant, entre autres, 134 déclinaisons de supports dont papeterie, édition, publicité, signalétique, panneautique, objets publicitaires..) 25 700€
– Droits d’utilisation et de reproduction : 4500 €


Montant total du marché: 60 700€

« Le montant global de ce marché correspond à 9 mois de travail hors période de l’Appel d’Offres ( 3 mois, 3 tours, 4 présentation soit environ 200h de travail).
Il rémunère 1 cadre conseil de l’agence, 1 chef de publicité, 1 Directeur Artistique et 1 infographiste pour les déclinaisons…
« 

« Si j’ai toujours fustigé le comportement de certaines agences qui abusent de la crédulité de certaines collectivités locales, je regrette inversement ces discours démagogiques et trompeurs sur les réalités du design et de l’identité visuelle.
 » C’est cher pour un dessin »… j’ai trop souvent entendu ces mots réducteurs dans la bouche de pseudos responsables de la communication.
L’identité visuelle exige bien souvent beaucoup plus de temps et d’abnégation qu’une campagne de publicité TV ou une ligne graphique d’édition… Ce n’est pas à vous que je vais l’apprendre.
Combien de réunions, combien de pistes créatives pour parvenir à faire partager une conviction sur un logotype car nous sommes trop souvent confrontés à des préjugés, des jugements sommaires quant à une couleur ou une forme…
« 

Encore merci à l’agence Symaps pour ces explications.

Combien coûte un logo ?

Combien coûte un logo ? A l’occasion des fêtes de fin d’année, le blog des identités visuelles Be Dandy vous présente en une image le coût des logos qui ont fait l’objet de marchés publics depuis 4 ans et quelques autres logos célèbres dont on connait le tarif. Cela va de 35$ à plus de 2 millions d’€, naturellement, certains projets recouvrent plus que le logo seul, d’autres ont été réalisés il y a très longtemps. En cliquant sur « lire plus », vous trouverez la liste de tous les tarifs.

MARCHE PUBLIC/LOGO SEUL PRIX

2006: Musée d’art moderne de Lille
104 000€ AGENCE THERESE TROIKA

2007: Conseil supérieur de la pêche
49 900€ AGENCE INTERBRAND

2008: Conseil général de Seine St Denis
52 500€ AGENCE EURO RSCG CORPORATE

2008: Conseil général des Landes
139 200€ AGENCE DRAGON ROUGE

2008: Hôtel d’agglomération d’agglopolys
14 700€ AGENCE LIEU PUBLIC

2008: Hôpitaux de Paris
18 500€ AGENCE MILLE 909

2009: Etablissement public de gestion du Quartier d’affaires de la Défense
50 250€ AGENCE 4UATRE

2010: Le Creusot-Montceau
4 500€ AGENCE MANUEL SANTOS

MARCHE PUBLIC PRIX LOGO + CHARTE GRAPHIQUE

2006: Département de la Vendée, historial de la Vendée.
30 800€ AGENCE CARRE NOIR

2008: Département du Loiret.
106 000€ AGENCE DRAGON ROUGE

2008/2009: Conseil général des Hauts de Seine.
59 700€ AGENCE PIXOLIS SA

LOGO SEUL

2003: Anpe
2,4 millions € AGENCE RSCG

2008 : Pôle Emploi
500 000€ AGENCE NOMEN.

2008 : Montreal
487 000€ AGENCE INCONNUE

2009: Burnley
110 000£ – 129 700€ NORTH WEST DEVELOPMENT AGENCY (NDWA)

2010 : Lozère:
15 600€ AGENCE SYMAPS

2009 : Charente
36 000€ AGENCE INCONNUE

2009 : Angoulême
12 000€ AGENCE LINER

1971 : NIKE
35$ Caroline Davidson, étudiante graphique.

2008/2009: Sdis d’Ille et vilaine.
25 000€ AGENCE KHEOPS

2009: Syctom de l’agglomération parisienne.
22 570€ AGENCE KAZOAR

2009: Archives nationales.
45 000€ AGENCE RUEDI BAUR